Dépendants Affectifs Anonymes Québec

Skip Navigation LinksIntervenants-externes

​Pour les intervenants

 

Le mouvement des Dépendants Affectifs Anonymes est une association d’hommes et de femmes qui partagent entre eux leurs expériences, leur force et leur espoir pour mieux apprendre à solutionner un problème commun, soit la difficulté à maintenir des relations saines et satisfaisantes.

 

Document d’information publique général pour distribuer à tous en format pdf 

Document pour les intervenants en format pdf

 

La découverte de la dépendance affective 

Selon le Dr Nathalie Campeau, notre fondatrice, cette maladie fut conscientisée aux États-Unis, début des années 80, chez les conjoints d’alcooliques, d’où le terme anglais de « co-alcoholic » ou de « co-dependant ».  Ils ont observé l’alcoolisme comme une maladie qui atteignait tous les membres de la famille et ont fait l’inventaire des caractéristiques des conjoints et enfants d’alcooliques. Par la suite, ils ont constaté que ces dernières se retrouvaient dans d’autres types de familles. De cette étude est né le terme « familles dysfonctionnelles » où les membres étaient marqués par les comportements compulsifs d’un des parents ou par des sévices physiques ou psychologiques ». 

 

Comment reconnaître les personnes qui souffrent de dépendance affective ? 

Comme les origines de la dépendance affective peuvent être très variées, il est plus facile de les identifier par les mécanismes de survie qu’ils ont développés. En voici quelques exemples : 

  1. Nous déplorons la difficulté d’avoir une identité.  La plupart du temps nous avons une vision de nous-mêmes très négative et une estime de soi très basse.  Nous cherchons notre valeur dans les autres.
  2. Nous avons de la difficulté à reconnaître et à assumer nos besoins; notre comportement de survie nous a appris à les mettre au second plan.
  3. Nous ne connaissons pas nos limites, nous allons au-delà de nos capacités pour mériter l’amour des autres.
  4. Nous voyons la vie en noir et blanc, aux extrêmes, pour avoir l’impression d’être en vie.
  5. Nos relations interpersonnelles sont basées sur le modèle gagnant-perdant, loi du tout ou rien. Soit que nous prenons la situation en charge et que nous contrôlons tout, soit que nous sommes complètement irresponsables.
  6. Nous sommes très souvent obsédés ou compulsifs.  La honte que nous avons subie provoque l’apparition de comportements répétitifs dans l’espoir de faire disparaître la douleur qu’elle engendre.
  7. Nous avons un besoin de contrôle maladif pour nous protéger, sans cela nous récoltons de la peur, de la peine et des déceptions.  Nous sommes incapables de nous détendre.
  8. Nous ne savons pas communiquer, donc nous sommes incapables de formuler nos demandes et nos besoins.  Nous préférons souvent rester dans le silence.
  9. Nous ne savons pas faire confiance à nous-mêmes, aux autres et à la vie.  Notre confiance n’est pas toujours placée entre les mains de personnes qui en sont dignes, ce qui nous fait perdre la foi et la confiance en Dieu.
  10. Nous excusons les faiblesses des autres, mais nous nourrissons des attentes exagérées à notre endroit et à l’endroit de la société.
  11. Nous craignons le rejet et la désapprobation, réagissant en nous créant un personnage qui nous paraît plus acceptable aux autres.
  12. Nous nourrissons des sentiments de jalousie et des soupçons de façon maladive, ayant constamment peur de tout perdre.

 

Le processus de rétablissement

Le rétablissement consiste à faire face à cette panoplie de comportements autodestructeurs. Il ne s’agit pas de nous condamner, mais d’accepter la réalité, d’être compréhensifs et doux à notre égard.  Nous réalisons que nous avons fait de notre mieux et avons utilisé ces comportements de survie pour nous protéger. Nous apprenons graduellement à acquérir de nouveaux comportements et à ne plus être constamment en réaction. Nous entrevoyons la possibilité de choisir nos comportements.

Le rétablissement consiste ainsi à changer notre façon de nous percevoir, à devenir conscient de notre identité, à nous aimer et nous accepter davantage.  Par conséquent, notre attitude et nos comportements changent, sans effort démesuré, comme par automatisme.

Il n’est jamais question de forcer pour acquérir des comportements plus sains. Il s’agit plutôt de nous regarder différemment pour découvrir en nous des êtres beaucoup plus merveilleux que nous le croyions au départ.  Cette nouvelle perception devient le moteur de notre rétablissement et améliore notre niveau de conscience de nous-mêmes. Voilà ce qui confirme le fameux « Connais-toi toi-même. » de Socrate.   

Dr Nathalie Campeau 

 

Comment faire partie de DAA

Il s’agit de réunions ouvertes, conçues pour ceux et celles qui souffrent de dépendance affective et pour tous ceux et celles qui s’interrogent à ce sujet.  Tous sont bienvenus sans égard au sexe, à la race, à l’orientation sexuelle ou à la religion.  Les gens qui désirent se joindre à nous, n’ont qu’à se présenter aux réunions de leur choix; il n’y a aucune inscription nécessaire.

La seule condition pour devenir membre des DAA consiste à avoir le désir de vivre des relations affectives saines avec soi-même et les autres.  DAA ne demande ni cotisation ni droit d’entrée. Nous subvenons à nos besoins par nos propres contributions.

 

Notre méthode

Notre programme de rétablissement de la dépendance affective se fonde sur un mode de vie emprunté à Alcooliques Anonymes et adapté à la dépendance affective par CoDA*.  Notre méthode et ses Douze Étapes sont un guide pour mener une vie plus saine, et les douze traditions facilitent nos rapports avec les autres en maintenant l’unité dans les groupes et entre les groupes.

* CoDependents Ananymous

 

L’anonymat

L’Association DAA et ses membres conservent l’anonymat personnel dans tous leurs rapports avec les médias.  Même à l’intérieur du Mouvement, nous nous abstenons de révéler le nom et les autres renseignements concernant un membre.  L’anonymat est essentiel à la croissance du mouvement.  Pour ceux et celles qui songent à joindre nos rangs, il est le gage que leur appartenance à DAA ne sera pas dévoilé.

 

Services offerts à nos membres

Intégration d’un mode de vie en Douze Étapes et Douze Traditions suggéré aux membres;

Des réunions hebdomadaires. L’horaire et les endroits sont mis à jour mensuellement sur notre site Internet;

 Une documentation de départ et une liste de réunions remis aux nouveaux.

À l’occasion, nous réalisons des activités telles que : congrès, journées de gratitude et de fête.  Elles sont ouvertes au grand public.  Celles-ci sont annoncées à la page « Nouvelles » du site Internet de DAA.

Tout le programme fonctionne sur une base volontaire et chacun se rétablit à son propre rythme.

Le rétablissement des membres se réalise, un jour à la fois, par la mise en pratique d’un nouveau mode de vie, avec l’aide d’un parrain ou d’une marraine (pour ceux qui le désirent) et du principe thérapeutique du partage.  C’est en partageant nos expériences avec celles des autres que nous marchons ensemble sur la voie du rétablissement.

Toutefois, nous reconnaissons que certaines personnes peuvent avoir besoin d’une aide professionnelle ou de traitements médicaux.  C’est pourquoi nous avons une politique de collaboration, mais non d’affiliation, avec les intervenants de différents milieux. Selon nos traditions, DAA n’endosse aucun organisme ni aucune cause.

 

La collaboration de DAA avec les intervenants et organismes communautaires ou professionnels

Maintenir à jour un système d’information téléphonique et un site Internet pour répondre aux demandes;

Participer à des entrevues médiatiques;

Tenir des kiosques d’information en entreprise ou sur demande;

Présenter des conférenciers;

Offrir gratuitement des dépliants publicitaires ainsi que des listes de réunions.

Les intervenants qui le désirent peuvent assister à l’une ou plusieurs de nos réunions, afin de mieux nous connaître et bien comprendre le but de nos activités. Certains formateurs nous ont parfois demandé l’autorisation d’assister aux réunions pour leurs étudiants.  Comme il s’agit de réunions ouvertes, conçues pour ceux qui souffrent de dépendance affective ou qui s’interrogent à ce sujet, ils sont les bienvenus.  Cependant, par respect, nous demandons à ceux qui assistent à nos réunions comme observateurs, d’appliquer les mêmes règles que nos membres et de s’abstenir de poser des questions aux participants. Au besoin, consultez le représentant du groupe ou téléphonez-nous pour de plus amples renseignements.

Notre fraternité n’est encadrée par aucun spécialiste de la santé et n’offre aucune thérapie. Nous ne prenons aucune position par rapport à un membre ni ne posons aucun diagnostic. Nous laissons cela aux soins des professionnels de la santé.

Note : Le masculin est utilisé dans le but de simplifier la lecture du texte.

 

Pour nous joindre :

Dépendant Affectif Anonyme
CP 32265, Succursale Waverly
Montréal (Québec)
H3L 3X1

 

Région de Montréal : 514-990-4744

Extérieur de Montréal : 1-877-621-4744

Boîte vocale de l’info-publique : # 610

Site Internet : www.daa-quebec.org

Courriel : webmestre@daa-quebec.org

 

Il existe des groupes DAA dans plusieurs régions du Québec et certains pays francophones. [pour en savoir plus]

 

Publication approuvée par l’Intergroupe DAA-Québec en octobre 2009

Publié par le Comité de l’information publique

Intergroupe DAA du Québec